Le frelon asiatique inquiète les apiculteurs

Face à la prolifération du frelon asiatique, la préoccupation des apiculteurs est au maximum. La CAMDA, entreprise de régulation des nuisibles, est sur le pied de guerre et conseille d’agir au plus vite. 

Le frelon asiatique peut décimer des ruches d’abeilles. © Galam – Stock.adobe.com

L’année dernière, de nombreux nids de frelons asiatiques ont été traités dans notre département, ce qui inquiète fortement les apiculteurs. Ils ont déjà pu remarquer une baisse sensible du nombre d’abeilles.

En effet, le frelon asiatique est un insectivore qui peut décimer des ruches d’abeilles et y installer son nid primaire. Pour les apiculteurs, l’heure est grave ; il est temps d’organiser la lutte contre ce prédateur de l’abeille, maillon essentiel de la pollinisation, donc de la fructification des plantes. L’alerte aux frelons asiatiques a été lancée aux pouvoirs publics.

Les particularités du frelon asiatique

Cet hyménoptère est agressif et très intelligent. Une femelle, au printemps, construira deux nids. Un nid primaire où une petite colonie va se développer et un nid secondaire dans les arbres, construit par cette première colonie. Les nids se trouvent perchés entre 10 à 30 mètres de haut, ce qui ne les rend pas faciles d’accès pour les traitements.

Autre spécificité de ces insectes, ils peuvent éjecter leur venin lorsqu’ils se sentent attaqués et qu’ils ne peuvent pas piquer leur cible. « Nos techniciens sont vêtus d’une combinaison spécifique pour les interventions avec une protection en plexiglas devant les yeux afin de se garantir des projections », explique Thierry Fourmet, directeur de La CAMDA, entreprise spécialiste du traitement des nuisibles.

Traitements possibles

Les nids secondaires de frelons asiatiques se trouvent perchés entre 10 à 30 mètres de haut. © Catalyseur – Stock.adobe.com

Globalement, les poudres sont les plus utilisées. Elles sont introduites dans les nids à l’aide d’une grande canne munie d’une pointe.

D’autres procédés se sont développés. Le traitement par drone permet d’avoir accès à des nids situés à de grandes hauteurs, par contre les contraintes de traitement sont multiples (déclaration de vol, accessibilité du nid au coeur d’un arbre…).

Dans ce cas, les produits utilisés sont des insecticides liquides injectés dans le nid.

Le traitement effectué par projection de billes d’insecticide dans le nid, grâce à un pistolet de pen ball, permet lui aussi d’atteindre des nids à une grande hauteur.

Le problème principal de cette méthode est la dispersion de billes d’insecticide, n’atteignant pas la cible (environ 20 à 30 % des tirs).

Recommandations

Le piégeage de printemps peut permettre de capturer des femelles et de limiter le nombre de nids primaires. Pour cela il suffit de prendre une bouteille d’eau, de couper le goulot, d’enfoncer ce dernier dans la bouteille et de mettre du sirop de cassis mélangé à de la bière brune et du vin blanc.

Malheureusement, d’autres hyménoptères non ciblés, comme les abeilles, peuvent être pris au piège, mais il faut savoir qu’un frelon asiatique attrapé équivaut à un nid primaire en moins. Le frelon asiatique peut décimer des ruches d’abeilles. Chacun peut également participer à la maîtrise du développement de ce fléau par le signalement des nids et leur destruction. Par contre, la destruction nécessite l’intervention d’un spécialiste.

Catherine Misiolek

En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer